Fermer la fenêtre

Quand je mets à tes pieds un éternel hommage

Veux tu qu'un instant je change de visage ?

Tu as capturé les sentiments d'un coeur

Que n'ont de cesse pour tes légitimes ferveurs.

Je te chéris, amour, et ma plume en délire

Couche sur le papier ce que je n'ose dire

Avec toi soin, de mes vers lit les premiers mots

Toi, sauras quel remède apporter à mes maux.

Acrostiche dédié à Georges Sand