Fermer la fenêtre

Nos regards raffolent de leurs guibolles
Qui par leur légèreté nous affolent
Leur beaux collants soyeux
Donnent à nos yeux
Tout l'art de la beauté
Hélas presque disparu
Celui de la féminité
Jupes et robes adieu
Laissent la place aux pantalons
Et autres genres de torchons
Ils enlaidissent
Ils dépérissent
L'âme de nos sens
Femmes pardonnez ces cons
Et leur indécences
Qui vous offensent
De vous affubler de ses haillons
sans vie
sans envies
Ils sont pauvres dans leur tête
Mais nous hommes bien nés
Vos collants nous donnent la fête.

Leurs couleurs irisées
Nous enivrent de bonté

Le blanc
De paix nous rend apaisé

Le chair
Nous fait frissonner

Le noir
Endeuille nos timidités

Vos jambes gainées
Dans les rues parfumées
Par le vent caressées
Par le soleil léchées
Par nos convoitises épiées
Nous sommes excités

Leur douces textures
pousse nos sexes à la dure

Vos voiles
Dressent nos mats

Vos satinés
Lustrent nos pensées

Vos mousses
Nous émousses

Vos Lycra
Font pâlir nos auras

Filez jambes si belles
Vous êtes si sensuelles
Enchantez nous de mélodies
Faites crisser vos jambes
Ensorcellez nous de magie
Faites glisser vos jambes
Achevez nous belles égéries
par cette ligne qu'on ne serais voir
grâce à votre inattention
d'appercevoir
de votre collant sa démarcation